Les professionnels témoignent : 

Le neurofeedback a fait l'objet de nombreuses études dont certaines sont disponibles sur internet (souvent en anglais).

 

Ci-joint quelques extraits que vous pouvez trouver facilement sur internet : 

 

Une étude réalisée en 2008 par Carolyn B. Yucha (Doyenne de l'Université du Nevada) et Doil Montgomery (Docteur en Neurosciences) donnent les conslusions suivantes :

 

"Que les thérapies de neurofeedback soient efficaces avec une variété de symptômes n’est pas un mystère.

 

Les thérapies de neurofeedback incorporent un noyau solide de techniques d'autorégulation comportementales, cognitives et physiologiques qui sont utilisées par le patient pour atténuer les causes sous-jacentes de la maladie.

 

Les thérapies de neurofeedback ont de nombreuses applications car elles apportent au patient des compétences qui facilitent la tendance naturelle du corps à retrouver une homéostasie saine, ainsi que des compétences permettant d'améliorer le bien-être et de prévenir les maladies."

Les rédacteurs de la revue Child and Adolescent Psychiatric Clinics of North America ont écrit en 2012 : 

 

« Le neurofeedback répond aux critères de l'Académie américaine de Psychiatrie des enfants et des adolescents comme recommandation clinique pour le traitement du trouble du déficit de l'attention et hyperactivité (TDA/H), de l'épilepsie, de l'anxiété des Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC,) Syndrome de Stress Post-Traumatique, phobies, de la dépression, des difficultés de lecture, et de la dépendance à l'alcool ou aux drogues.

 

Cela suggère que le neurofeedback devrait toujours être envisagé par les cliniciens comme méthode d'intervention pour ces troubles ».

 

Témoignage de Jonathan Walker, Neurologue.


« ... Les patients rapportent qu'ils dorment mieux et se sentent mieux, ils n'ont plus de crises, ils se contrôlent mieux et ils sont plus performants. C'est efficace pour les blessures à la tête. C'est efficace pour les maladies neurologiques chroniques sans blessure mais avec dysfonctionnement cérébral. Nous avons eu de bons résultats avec la sclérose multiple, l'encéphalopathie toxique, avec les douleurs chroniques, les migraines et la fibromyalgie."

 

Frank H. Duffy, Neurologue, Professeur à l'Ecole de Médecine de Harvard, Directeur du département d'imagerie cérébrale de l'hôpital pour enfants de Boston

 

« Le neurofeedback devrait jouer un rôle majeur dans de nombreux domaines difficiles. A mon avis, si n'importe quel médicament avait fait la preuve d'une efficacité aussi étendue, il serait universellement accepté et largement utilisé... C'est un domaine à prendre au sérieux par tous. » 

 

Richard Faulds, médaille d'Or aux Jeux Olympiques de Sydney (2000)
"Le neurofeedback est l'avenir des sports de compétition. Cela m'a aidé à me concentrer et à rester détendu malgré la pression." .